Lexique

La bande dessinée est un art aux multiples termes techniques parfois difficiles à comprendre pour quelqu’un d’extérieur. Il est donc nécessaire selon moi de faire un lexique de la plupart d’entre eux, c’est-à-dire ceux que j’utilise fréquemment dans les pages d’Ederweld.

 

B

Bulle : encadré contenant le texte d’un personnage. La plupart d’entre elles sont blanches mais il en existe de différentes couleurs en fonction de l’humeur du personnage (ou pour clarifier la lecture en attribuant des couleurs aux personnages). La forme peut également varier pour indiquer différentes choses. Quelques exemples :

        • Une bulle de forme rectangulaire aux bords arrondis est une bulle classique (la plus courante). Elle est entière et ne comporte pas d’interruption. Le personnage s’exprime de manière « classique » :

        • Une bulle en forme de nuage et reliée au personnage par de petits ronds est une bulle de « pensée ». Comme son nom l’indique, elle rend compte des pensées d’un personnage :

        • Une bulle dont les bords sont en dents de scie et reliée à un personnage par une flèche en éclair est là pour indiquer la colère du personnage. Dans certains cas, elle peut être utilisée pour rendre compte de messages oraux délivrés par des hauts-parleurs (supermarché par exemple).

Les bulles de BD sont mises en place selon un ordre logique, celui de lecture. Le premier personnage à parler étant celui dont la bulle se trouve le plus à gauche, puis ensuite celui dont la bulle se trouve à la droite du premier…

 

C

Colorisation : action de mettre en couleur une ou plusieurs planches.

Coloriste : personne assurant la mise en couleur des différentes planches d’un album. Il y a plusieurs possibilités pour cela :

        • La mise en couleur manuelle (sur la planche « papier ») avec des pinceaux par exemple ;
        • La mise en couleur informatisée (via un ordinateur et divers logiciels).

Crayonné  : dessin des planches au crayon à papier.

 

Dédicace : rencontre entre les lecteurs et les auteurs lors d’événements organisés. L’occasion d’échanger avec ceux qui créent les bandes dessinées sur leurs projets futurs ou certains éléments des différents tomes. L’occasion aussi pour les lecteurs de repartir avec un dessin dans un de leurs tomes ou un petit mot sympa en souvenir de la rencontre.

Dessinateur : auteur qui dessine les différentes planches d’un album.

 

E

Éditeurs : entreprises dont le but est de faire la diffusion d’une œuvre. Un éditeur s’occupe du côté marketing de la parution d’une BD. Attention, ce sont les aussi les éditeurs qui disent aux auteurs s’ils correspondent ou non au style qu’ils recherchent. Un éditeur a la décision finale quant à la couverture d’un album, ceci afin qu’elle soit le plus proche de ce qui est « vendeur ». Une BD sans éditeur ne peut être publiée. Cependant, rien n’empêche un auteur d’être son propre éditeur (mais ce n’est pas forcément simple)…

Encrage : action d’encrer un crayonné.

 

F

Flashback : ce terme désigne le fait de montrer au lecteur ce qu’il s’est passé avant le moment de l’action. Ce procédé permet notamment de revenir brièvement sur une action ou le passé d’un personnage. Un flashback est communément colorisé d’une manière différente de celle du récit, souvent en sépia.

Flashforward : ce terme désigne le fait de montrer au lecteur ce qu’il va se passer après le moment présent du récit. Plus rares que les flashbacks, ils sont utilisés dans les récits pour lesquels le cheminement est plus important que l’issue finale.

 

O

One-shot : il s’agit là d’un tome unique. L’histoire est comprise dans un et un seul tome, il ne s’agit pas là d’une série. Attention à ne pas confondre un one-shot avec le premier tome d’une série à venir.

 

P

Phylactère : il s’agit du terme technique employé pour désigner une bulle de bande dessinée.

Planche : dans la BD, on nomme souvent les différentes pages des « planches ». Cela revient en fait au même.

R

Roman graphique : Bande dessinée qui se veut plus adulte dans les thématiques abordées et la complexité de son scénario. Souvent composé de plus de 48 pages, le roman graphique reste avant tout une bande dessinée traditionnelle. Le terme « Roman » est en réalité une facilité lexicale permettant d’éviter l’image péjorative liée à celui de « bande dessinée.

S

Scénariste : personne qui écrit l’histoire de A à Z et pas à pas ou gags après gags. Le scénario constitue le squelette du récit.

Spoilers : la plupart du temps, ce terme est employé sur les forums pour parler des nouveautés dévoilées par les auteurs et/ou par les éditeurs.

Strip : Courte bande dessinée de quelques cases, disposée de façon horizontale et la plupart du temps humoristique.

Synopsis : court résumé (terme non spécifique à la BD).

T

Tiré à part : il s’agit d’une impression sur papier cartonné d’une case ou d’une image tirée d’un album.