Les Légendaires tome 16, Critique de South

Bonjour à tous, aujourd’hui grand jour puisque ce matin c’était la sortie du tome 16 des Légendaires : « L’Eternité ne dure qu’un temps ». Comme chaque année, je vais donc y aller de ma petite critique sur ce nouveau tome.  N’hésitez pas également à aller lire la critique que j’avais réalisée pour le tome 15 il y a tout juste un an.

309970_379334658847655_467985752_n

 Préambule : 

Rappelons tout d’abord que ce tome fait suite au tome 15 « Amour mortel » dont l’accueil avait été relativement mitigé au sein de la communauté de fans. Parmi les reproches formulés à son encontre, on trouvait notamment la critique d’une certaine pauvreté scénaristique, en comparaison de ce à quoi la série nous avait habitué jusqu’alors.

Les spoilers trop nombreux du site officiel avaient quant à eux achevé le peu de suspens que le  tome contenait au point d’en décevoir la communauté une fois le tome entre les mains. En outre, si le cycle d’Anathos n’avait pas été suivi d’un contre coup comme nombre d’entre nous le pensions à l’époque, la survenue du tome 15 pouvait légitimement nous laisser penser que ce contre coup n’avait finalement été reculé que de deux tomes pour mieux s’implanter par la suite.

Vous l’aurez don compris, mon avis sur ce tome était plus que mitigé et à ce titre je le considère toujours comme un tome de transition dans la série plus que comme un tome à proprement parler.

Pire encore s’annonçait à mes yeux l’avenir lorsque Patrick Sobral a commencé à nous présenter un à un ses Chiridans. Mais, le glas a définitivement sonné aux premières planches publiées du tome 16. Comment en effet pouvait-on concevoir d’expédier le combat entre Amy et Shun-Day, ceci alors même que celui-ci avait pourtant été préparé depuis le tome 11 « Versus inferno » ! Cela m’apparaissait comme un pétard mouillé. On nous avait annoncé un feu d’artifice et…plus rien…

Enfin, si la prépublication de « L’éternité ne dure qu’un temps » dans le numéro 4 de Gulli mag m’avait pour le moins rassuré sur le chemin emprunté par l’auteur, la lecture complète de ce tome 16 m’aura définitivement convaincu. A mes yeux il aura su se classer parmi les meilleurs tomes de la série au même titre que les tomes 4, le dyptique 13-14 ainsi que le tome 9. Précisons à ce titre que je ne suis pas nécessairement adepte du « le dernier est le meilleur » loin de là.

1384028_529917560420320_317853220_n

Les Chiridans captivés par leur maître (Tome 16)

 

Les références : 

Il s’agit du tome 16  de la série « Les Légendaires » intitulé « L’éternité ne dure qu’un temps ». Il est scénarisé, dessiné et mis en couleur par Patrick Sobral. Comme nous avons l’habitude, c’est édité par Delcourt et il s’agit toujours d’une série jeunesse héroïc fantasy. Pour ma part, j’ai pu le trouver à 10 € 95 soit le tarif éditeur du tome 15.

ISBN : 978-2-7560-3263-4

En route pour la critique !

1382052_529917930420283_1630166920_n

Ah oui vraiment ?

 L’histoire : 

Tout d’abord sachez que le tome 16 débute par le gel du combat initié à la fin du tome précédent. Patrick Sobral y opère en effet un changement radical d’univers en transportant ses héros de la citée des Ouistitas à celle des Chiridans. Ces derniers, victimes collatérales de la guerre ayant opposé Chiridirelles et Galinas, ne subsistent désormais que sous la forme de joyaux vivants dénués d’enveloppe charnelle. Ainsi, trouvent-ils judicieux de s’emparer des corps de toute créature terrestre qu’ils peuvent attraper (et en particulier d’humains) afin d’être en mesure de garder le fragment de clef divine que leur a confié Misery (voir résumé du tome 15 pour de plus amples informations à ce sujet).

1385291_529917733753636_1318961725_n

Rencontre avec Eternity

Or, si ces Chiridans ont capturé les Légendaires c’est tout simplement dans l’espoir que ceux-ci réveillent Eternity, dieu enfermé par ses pairs dans un immense miroir.

Par ailleurs, si la clef divine est nécessaire pour la libération d’Eternity, elle n’est pas suffisante puisqu’il lui faut également au Dieu désincorporé une enveloppe corporelle (ça me rappelle vaguement quelque chose ça…) ! A ce titre, les Chiridans entendent bien faire chanter nos héros dans le but de parvenir à leur fin.

Ce tome sera également l’occasion pour les fans de connaître le dénouement du célèbre et très controversé triangle amoureux : Gryf, Shimy, Shun-Day.

Je ne peux ni ne souhaite délibérément spoiler le gros de l’intrigue pour vous laisser le plaisir de le découvrir par vous même, c’est la raison pour laquelle je me contente de rester relativement vague.

1379975_529917603753649_1583492833_n

 

Les graphismes : 

A ce niveau là pas de surprise, graphiquement ce tome 16 est toujours aussi beau que les précédents. La citée des Chiridans (page 8) est un réel tour de force de par son degré de détails et ses finitions.

Pour ma part j’ai également un coup de coeur pour l’atmosphère vert pâle qui se dégage de la page 45 :

1381185_529917877086955_1238395308_n

Shimy ?

Bilan : 

C’est un 16e tome très équilibré qui nous est proposé cette année. L’action y est bien mieux dosée que le tome précédent et de nombreux mystères y sont dévoilés (notamment des liens d’hérédité majeurs).

1393968_529917200420356_1914961634_n

Gryf aurait-il quelque chose à cacher ?

Pour autant et même si l’humour s’efface à juste titre, « L’éternité ne dure qu’un temps » n’est pas exempt de romance :

1379733_529917677086975_1950287004_n

Mais de qui Jadina peut-elle bien parler ?

Action, suspens, romance, tout cela forme donc un cocktail détonnant.

 

1376578_529917810420295_700664466_n

Oui ça explose pas mal dans ce tome, bonjour                         les frais de reconstruction…

Je tire donc mon chapeau à l’auteur pour cette très belle histoire qu’il nous livre par ce tome et valide le fait qu’il s’agisse pour moi aussi de l’un des meilleurs tomes de la série. C’est pourquoi si j’avais une note à lui donner je lui décernerai un 17,5/20.

J’émets néanmoins un seul bémol (mais qui sera petit cette année), concernant le personnage Kirikiri dont je trouve le caractère anachronique avec la série (surtout de par son âge réel).

1380810_529917043753705_2016689234_nENDAI

Quel pervers…^^’

Et cette année j’ai bien moins peur que l’année précédente puisqu’il est explicitement annoncé que le tome 17, tome intitulé « L’exode de Kalandre », sera recentré sur la quête initiale qu’est l’accident Jovénia !

NB : Le groupe de Kalandre, les Dynaméis, porte le  nom de la nouvelle de Patrick Sobral publiée dans le recueil Tonkam avant même l’existence des Légendaires. 😉

1384011_529917477086995_124868454_n

La préview fait baver :p

N’hésitez pas à nous donner vos avis sur le tome dans les commentaires de cet article :).

South légendaire

____________________________________________________

Toutes les images d’illustration de cet article sont des photographies personnelles réalisées à partir du tome 16 et dont le copyright revient à Patrick Sobral ainsi qu’aux Editions Delcourt.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Petraloup dit :

    Bonjour, je suis une fan des Légendaires… L’avant dernière vignette du tome 16 est sublime pour moi.
    Et vous ? vous la trouvez comment ? Et puis, c’est vrai que Danaël va tuer Shimy ?

    • South dit :

      J’ai toujours aimé le couple Gryf-Shimy donc elle me fait plaisir. Cela dit, la mort expédiée de Shun-Day me dérange puisque j’aimais bien ce personnage et qu’en tant que Légendaire, elle ne méritait pas de finir de cette manière.

      Je n’ai pas d’informations sur le possible meurtre de Shimy par Danaël. Cependant, si tu fais référence à cet extrait-ci : http://ederweld.fr/wp-content/uploads/2011/04/855.jpg il s’agit en fait d’un poisson d’Avril de Patrick Sobral qui remonte à quelques années maintenant. Il ne reflète en rien la suite de l’histoire. Il voulait juste nous faire peur :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.