La valise de South

Bonsoir à tous. Nous sommes presque à la fin du mois de juin à l’instant où j’écris ces lignes et les vacances se font déjà sentir. Pour certains d’entre nous, ils restent encore des examens à passer, pour d’autres c’est déjà le moment de faire les valises. L’idée nous est alors venue de vous proposer quelques tomes que nous prendrions chacun dans nos valises pour les vacances =). Bien entendu, les différentes listes que chacun d’entre nous vous proposerons seront fortement épurées. Nous n’avons pu garder que quelques tomes selon nos affinités et de manière à ce qu’il y ait le moins de répétitions possible.


Se succèderont après moi : Flymolo, Maelyn et Eyaël, chacun avec une personnalité et donc des tomes à vous proposer différents. Nous espérons que nos diverses sélections vous plairont.

 

 

 

 

 

 

 

 Le premier tome que je mettrais dans ma valise serait sans nul doute « Broussaille – La nuit du chat » de Frank et Bom.

Pourquoi ce choix ?

Tout simplement parce que c’est incontestablement mon tome préféré parmi tous ceux de ma bibliothèque. La série en elle même est à la fois poétique, superbement scénarisée, mélancolique et la lecture d’un tome fait voyager. Broussaille est un habile mélange entre rêve, réalité, nostalgie et voyage. Je ne saurais d’ailleurs mieux en parler que lorsque j’avais abordé le sujet de fond en comble dans mon ancienne chronique BD du Vendredi. Aussi, je conseille à ceux qui le souhaitent de la relire en cliquant ici.

|

Ce tome est l’histoire de la fuite du chat de Broussaille, un jeune étudiant et la course poursuite dans laquelle ce dernier se lance pour le retrouver. Plusieurs fois primé, « La nuit du chat » nous entraîne à la recherche du « chat », dans une atmosphère onirique et féline et ce au sein d’une ville endormie. Le réel n’est jamais bien loin mais la magie des auteurs agit rapidemment et le lecteur bascule alors dans « l’univers made in Broussaille » .

|

|

 [Désolé pour la qualité de l’image… je l’ai trouvée sur internet mais les couleurs du tome sont meilleures.]

 

 

 Le second tome qui rejoindrait celui de Broussaille serait le premier tome de Seuls intitulé « La disparition ». 

Pourquoi ce choix ?

C’est avant tout le tome fondateur de la série, tome qui pose les bases de ce que sera l’univers de cinq enfants dont la ville entière s’est totalement vidée de ses habitants en l’espace d’une seule nuit. A eux cinq, ils devront apprendre à survivre seuls, sans leurs parents et aux milieux de bêtes féroces.

Car, si plus aucun être humain à part eux ne parcourt à présent les rues de Fortville, un tigre blanc en totale liberté ainsi que deux rhinocéros se sont joint à la fête. Dès à présent, de nombreuses questions se posent, il leur faudra alors affronter de nombreux dangers ainsi que découvrir où sont passés les autres habitants…

 

 

 Après avoir parlé de 2 tomes bien ancrés dans le monde réel, abordons à présent le troisième tome de ma valise à savoir le tome 9 de la série des légendaires : « L’Alystory » se passant dans un univers d’héroïc fantasy.

Pourquoi ce choix ? (Attention, la lecture des tomes précédents est indispensable pour comprendre les enjeux de ce tome !)

Si j’ai décidé de choisir ce tome au sein de la série c’est aussi et surtout parce qu’il marque un tournant majeur dans l’orientation de cette dernière. Patrick Sobral ayant décidé de suivre son public, il a ainsi opéré un cycle plus adulte en quatre tomes. Le tome 9 est ainsi le premier tome du cycle d’Anathos, marquant de ce fait une rupture fracassante à la suite des 4 précédents dyptiques.

 Anathos dieu du mal, déchu et condamné par ses pairs vient de se libérer de sa prison vivante et compte bien se réincarner sur Alysia pour effectuer sa vengeance. Or, le corps devant lui servir de receptacle n’est autre que celui de l’un des cinq Légendaires. Du moins c’est ce que prétend Ténébris l’ancienne compagne de Razzia et fille du sorcier noir qui va rejoindre le groupe de son amant. Pour découvrir de qui il s’agit, les six héros doivent voler l’Alystory, livre retraçant l’Histoire de leur monde de son commencement jusqu’à sa chute. Mais cette quête devra les amener au coeur de la salle des trésors d’Oroban et faire ainsi d’eux les voleurs les plus recherchés d’Alysia…

 

 

 Changeons à présent de style pour quelque chose de plus comique. Et oui, il en faut pour tous ! C’est dans cette optique que je vous présente le tome 4 de la série Les gendarmes : « Amende honorable ! » également 4e tome de ma liste.

Pourquoi ce tome ? 

A la différence des tomes présentés plus haut, il ne s’agit pas d’une histoire complète sinon d’une addition de gags sans réel lien entre eux. Ce tome est un concentré d’humour et de planches assez légères que je ne me lasse pas de relire. Il est difficile de donner un avis sur le scénario sinon que c’est l’une des rares BD donnée « humoristique » pour laquelle l’alchimie se fait bel et bien avec le lecteur.

Vous tremblez à la vue d’un képi bleu? Vous freinez brutalement lorsqu’une voiture est arrêtée sur le bord de la chaussée? Pas de doute, vous avez une peur bleue des gendarmes… Cette BD risque de vous plaire d’autant plus. En effet, elle regroupe de nombreuses scènes humoristiques existantes ou inventées par les auteurs et touchant à la gendarmerie nationale. Seul bémol, après la lecture de ces gags, vous allez sans doute sourire à la vue des radars et des forces de gendarmerie… Et, comme le dit si bien la quatrième de couverture, je doute fort moi aussi que les principaux concernés, à savoir les gendarmes, échappent à l’Humour bon enfant de cette série. Ne freinez pas à la vue de cette série, foncez ^^ !!!

 

 

 Et puis, pour les gens qui partent à New-York, rien de tel qu’un bon Soda… Enfin soda…la BD hein  !!! Le cinquième tome que j’ai choisi de vous présenter est le quatrième tome de la BD Soda : « Dieu est mort ce soir », BD dont l’action se passe à Manhattan !

Pourquoi ce choix ? (Cette BD n’est pas une BD jeunesse !)

Soda est une série policière actuellement en « pause ». Le tome 4 est en outre le 2e tome de la série avec BrunoGazzotti au dessin ! De l’action, du suspens et l’intrigue sur la vie de David Elliot Hanneth Solomon (le héros présent sur la couverture ci-dessus) qui continue en fil rouge. Il ne vous est pas nécessaire de lire les tomes précédents pour suivre ce tome-ci puisque le contexte est clairement reposé comme un générique de série TV.

En dehors du fil conducteur de la série sur la dissimulation par Soda à sa mère de sa réelle activité professionnelle (il est policier et se fait passer pour un pasteur), c’est à présent Magic Sam, tueur à gage qui est au coeur de l’intrigue. Ce dernier traquant sa cible sans relache en essayant de remettre la main sur un document lui indiquant le nom de celle-ci. Une cible, deux objectifs, un policier, un tueur à gage et une course contre la montre, qui arrivera le premier ?

Bonne lecture .

 

 

 Quittons à présent New-York pour nous rendre dans l’espace ! Les deux derniers tomes de ma valise ne se déroulant en effet pas sur terre. Le premier d’entre eux est le premier tome de la série Les Naufragés d’Ythaq : « Terra incognita » (je salue Freddy au passage avec qui j’ai eu l’occasion d’en parler le week-end dernier)

Pourquoi ce tome ?

« Les Naufragés d’Ythaq » est une BD qui m’a été conseillée à l’époque par Mayo, administrateur du forum officiel des Légendaires et  je dois dire que tant graphiquement que scénaristiquement je suis content d’avoir suivi son conseil. Cette série étant une série « en or » comme on en trouve que très rarement aujourd’hui. Si la série est arrêtée, elle comporte neuf tomes habilement emboîtés les uns dans les autres.

Le « brume de comète », vaisseau de croisière intergalactique fait route dans l’espace. Mais, suite à une anomalie inexpliquée, il est brutalement disloqué en plusieurs parties qui s’éparpillent sur une planète inconnue. Granite, Narvath, Calista respectivement officier, mécanicien et riche cliente sont les seuls survivants du crash. Ils devront se familiariser avec Ythaq afin de trouver une solution à leur problème majeur à savoir, rentrer chez eux ! Une histoire d’aventure, un triangle amoureux et un crash peut-être pas si anodin que ça…

 

 

 

 

 

 

 

 

 Enfin dernier tome que je considère comme malheureusement trop peu connu : Réalités de Kara et Masa (Koyolite si tu lis ça… )

Pourquoi ce tome ? 

Je n’avais pas encore parlé de one-shot et je n’avais que très peu abordé le manfra, style pourtant en nette augmentation depuis 2004. Aborder ce tome était donc l’occasion de concilier les deux. C’est justement d’une collaboration entre Kara au scénario (Français) et Masa au dessin (Japonais) qu’est né « Réalités », one shot axé aventure, science fiction et un brin intimiste.

Alors que la terre est secouée par une violente guerre civile, marie s’engage comme infirmière au sein d’une arche spatiale chargée de l’exploration de la galaxie. Elle a en effet besoin d’oublier Vincent, son fiancé tombé au combat. Lors de son périple elle sera accompagnée d’Emi, une enfant aux compétences hors normes et d’une militaire : Lysa. Ensemble, elles feront la découverte d’une planète de ruines où vit Théo, un enfant vivant seul et des plus énigmatiques.


 

 

 

 

 

 

 


Ainsi se referme ma valise. Je laisse à présent la place à mes amis pour vous faire part du contenu de la leur. A vous de vous faire une idée des tomes à lire, pour ma part, j’ai déjà choisi.

South 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Romain dit :

    Slt, seul et soda sont des BD que j’aime beaucoup et me prend l’envie de me laisser tenter par Broussaille, merci de la découverte

  2. South dit :

    Je t’en prie. Surtout, n’hésite pas à revenir pour me faire savoir ce que tu en as pensé =). Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.