Interview n°4 : Védécé

Aujourd’hui nous recevons Védécé, étudiant en médecine mais également dessinateur de strips sur Facebook à ses heures perdues.
Son premier album Vie de Carabin, Chronique d’un étudiant en médecine est paru fin 2013 chez S éditions.

100

South : Bonjour Védécé, pour commencer merci d’avoir accepté de participer à cette interview.

Védécé : Merci à vous.

 

South : Tout d’abord, pour ceux qui ne vous connaîtraient pas, de quoi parle « Vie de Carabin » ?

Védécé : Je suis étudiant en médecine et j’ai beaucoup de choses à raconter sur ce que je vois tous les jours.

Entre les cours à la fac et les stages à l’hôpital, je rencontre des situations très drôles ou parfois très choquantes.

J’avais besoin d’un défouloir pour pousser mes coups de cœurs et mes coups de gueules…

C’est ça « Vie de Carabin ».

Je publie mes dessins sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter (avec un site qui est en construction) plusieurs fois par semaine.

Parfois je réagis à une actualité (dernièrement, la grève des sages-femmes par exemple) ou alors je raconte juste une anecdote rigolote qui m’est arrivée (par exemple, ma dernière prise de sang…).

image (1)

Je pense que mes dessins ont aussi la particularité de dire les choses franchement. Je m’interdis de me censurer sous prétexte qu’un dessin n’est pas « politiquement correct ». Si le dessin est drôle, est vécu et a quelque chose à raconter je le publie sans me poser de questions.

Ah oui et puis je dessine anonymement !

Que ce soit à cause des thèmes que j’aborde (il est beaucoup plus facile de s’exprimer librement quand on est anonyme que quand on ne l’est pas) ou à cause du secret médical (si tout le monde savait qui j’étais, il serait alors très facile de remonter jusqu’aux patients dont je parle). Je ne révèle ni mon identité, ni l’hôpital dans lequel je travaille. Bien entendu je ne donne jamais de nom.

 

South : Qu’est-ce qui vous a poussé à ouvrir une page Facebook afin de partager vos anecdotes sous forme de dessins humoristiques ?

 Védécé : Ce sont mes amis. Je dessine des BD depuis tout petit, et de façon très active depuis que je suis en médecine.

Au début je dessinais des dessins dans les marges de mes feuilles de notes (et les dessins se retrouvaient souvent à faire le tour de l’amphi…), puis vers ma quatrième année de médecine j’ai commencé à publier des dessins sur mon profil Facebook.

image (3)

Mon but était surtout de partager des anecdotes avec mes contacts (comme je l’ai dit, en médecine il nous arrive souvent des histoires rigolotes).

Et ce sont mes amis qui m’ont poussé à créer une page Faceboook dédiée uniquement à mes dessins pour les partager avec encore plus de monde. Ce que j’ai fait.

image (5)

South : Envisagiez-vous de faire de la BD avant de sortir cet album ?

Védécé : Je l’envisageais, mais il y a longtemps, quand j’étais encore au collège-lycée.

Avant de vouloir être médecin, j’avais d’autres rêves : par exemple j’ai longtemps voulu être ramoneur après avoir vu le film « Mary Poppins »…

Plus sérieusement, j’ai surtout très longtemps voulu être dessinateur de bandes dessinées. J’ai grandi avec Astérix, Lucky Luke, Gaston, Spirou, Tintin…

Depuis mes 11 ans, je dessinais mes propres histoires avec mes propres personnages.

Malheureusement j’étais conscient qu’il était très difficile de vivre de la BD.

Quand au collège on me demandait d’écrire sur une feuille ce que je voulais faire comme métier, j’écrivais toujours « dessinateur de BD et un autre métier » parce que j’étais conscient que ce serait très dur de vivre de ma passion et qu’il faudrait un autre métier pour pouvoir assurer mon quotidien.

Et puis je suis entré en fac et j’ai changé de projet vers celui de médecin…

Je n’ai plus trop pensé à devenir dessinateur, mais je continuais de dessiner pour moi, quand je m’ennuyais en cours…

217910_526393624040574_1655425350_n

South : Et donc, fort de votre succès sur Facebook vous avez démarché différentes maisons d’édition afin d’être publié et concrétiser ce rêve d’enfant.

Védécé : Absolument pas ! Quand j’ai commencé à dessiner sur internet, je ne pensais pas du tout à sortir un album. Je dessinais parce que ça m’amusait, parce que c’était un moyen d’expression avec lequel j’étais à l’aise et pour partager mes histoires avec le plus de monde possible, sans réelle pensée derrière la tête… C’est mon éditeur qui m’a contacté et qui m’a proposé de faire un album. Bien entendu j’ai sauté sur l’occasion mais ce n’était pas du tout un projet de ma part. Il a fallu réfléchir à comment réaliser cet album et quoi mettre dedans…

 

South : Puisque nous en venons à parler de votre album, quelles sont les différences entre les strips que vous postez sur Facebook et le tome qui vient de paraître ? Est-ce une simple réorganisation des strips de la page pour une publication papier ?

Védécé : Cet album fut un grand projet pour moi : adapter des anecdotes racontées « au jour le jour » en un livre avec une histoire, des vrais personnages, une trame scénaristique… Il a fallu m’adapter à ce nouveau support d’expression qu’on me proposait.

C’est une histoire complètement inédite car il a paru rapidement évident que je ne pouvais pas sortir un simple « recueil de strips ».

Par respect pour le lecteur d’abord, à qui je ne pouvais pas faire acheter quelque chose qu’il a gratuit sur Internet, mais également pour moi : on me donnait enfin l’occasion de sortir un album, de m’exprimer sur un nouveau support, ce qui m’offre beaucoup plus de possibilités pour la narration, les personnages et surtout l’humour.

image

A gauche, le design des personnages de l’album et à droite celui des personnages de la page Facebook.

Mais j’avais toujours comme impératif de garder le même esprit, pour ne pas choquer le lecteur qui s’attend à retrouver la même ambiance que sur internet.

C’est donc une histoire complètement inédite, avec des nouveaux personnages, une nouvelle narration, des graphismes adaptés pour correspondre à un style « BD » tout en essayant de garder l’esprit de ma page, aussi bien graphiquement qu’humoristiquement.

J’ai expérimenté des techniques et je suis très heureux de voir qu’elles ont été efficaces puisque le livre a plu.

J’ai également repris quelques blagues que j’avais déjà faites sur Internet. Déjà parce qu’on ne peut pas sortir un livre sur la médecine sans aborder certains sujets, et ensuite parce que mes lecteurs m’avait demandé de reprendre mes meilleurs dessins. En dehors de ça, 95% des dessins sont inédits.

 

South : Votre page compte à présent 56 600 fans mais, dans votre service, vous ont-ils démasqué ? 

Védécé : C’est arrivé quelques fois oui…

image (8)

Puisque je parle de mes propres anecdotes vécues, avec des patients bien réels, il est déjà arrivé que mes supérieurs reconnaissent une histoire qui est arrivé dans leur service… et du coup le lien était vite fait.

Pour remédier à cela, désormais j’attends quelques semaines pour parler d’un patient que l’on pourrait reconnaitre. Toujours dans l’optique de préserver mon anonymat et le secret médical.

Il m’est également arrivé d’afficher des dessins dans mon service pour me moquer de mes supérieurs qui avaient eu des pratiques douteuses… Mais je n’ai pas dit que c’était moi, ça les a rendus dingues ^^

Sinon il y a un médecin de mon ancien hôpital qui a su que c’était moi, via des étudiants qui lui ont vendu la mèche. Depuis il paraît qu’il a affiché certains de mes dessins dans son bureau… Mais je n’ai jamais osé aller vérifier 😉

 

South : Quelle est la chose la plus surprenante que vous ayez vue sur une radio ? Et la plus étrange (lors de votre parcours en médecine de manière générale) ?

Védécé : La plus surprenante, c’était un bébé… c’était sur une radio d’abdomen. C’est très rare car c’est interdit aujourd’hui de faire une radio à une femme enceinte (pour ne pas irradier le bébé…).

La plus étrange… c’est sans aucun doute un bras de mannequin (vous savez, les mannequins de magasins de vêtements). J’ai lancé un concours il y a quelques semaines où je demandais aux gens de m’envoyer la radio avec un objet le plus insolite possible.

image (9)

J’ai eu des centaines de réponses de médecins, d’infirmiers ou de manipulateurs radio de toute la France… j’ai eu des ampoules, des boules de pétanque, des légumes divers et variés, et même une Barbie !

Les radios sont sur ma page Facebook.

image (10)

South : Oui, c’est vrai qu’à la vue de certaines d’entre elles, on peut se demander comment les patients ont réussi à en arriver là *rires*. Les radiologues doivent s’amuser. D’ailleurs, vous n’avez pas dévoilé votre spécialité mais pour ma part je vous verrais bien en cardiologie. Ai-je raison ?

Védécé : Haha ! pourquoi cardiologue ?

579043_511756072170996_655273957_n

South : A vrai dire la facilité aurait été de dire : Loxapac… malheureusement ce n’est pas une spécialité. J’ai donc longtemps hésité entre cardiologie et urgentiste. Mais, en relisant l’intégralité de vos strips je me suis rendu compte que le terme ECG revenait très souvent. Il y a également de nombreuses allusions au service de cardiologie. Vous faites par ailleurs référence à un patient dont la kaliémie est à 2,5. Or après recherches, je me suis rendu compte que ce terme correspondait au taux de potassium présent dans le sang et qu’en cas de dépassement d’un seuil fourchette, le patient pouvait avoir de graves problèmes cardiaques. 

Védécé : Aha ! Joker ! Pour conserver mon anonymat je ne donne jamais ma spécialité mais joli travail d’investigation ! C’est vrai que j’ai déjà laissé des indices…

South : Pour rester dans le même registre, quel est votre coup de cœur BD du moment ?

Védécé : Oula ! Question très difficile…

Je vais dire Le jardin d’Émile Bravo. C’est un recueil d’histoires courtes qui n’avaient jamais été éditées jusqu’alors. Certaines m’ont impressionné pour sa technique de narration. D’autres m’ont fait réfléchir…

J’aime beaucoup cet auteur, il a un trait et une natation très tendre. J’ai eu la chance de le rencontrer, en plus il est super sympa 😉

Sinon j’ai acheté dernièrement Mattéo de Gibrat, que j’ai hâte de commencer à lire. J’avais adoré Le vol du corbeau, et je recommande chaudement Le sursis : une bande dessinée très émouvante et poétique.

 

South : Des anecdotes à raconter sur le passage d’externe à celui d’interne ?

Védécé : C’est un passage assez étrange. On sort de six ans d’études assez théoriques. Et d’un coup on nous demande de tout mettre en pratique. C’est assez flippant de se retrouver avec presque pas d’expérience et avec presque toutes les responsabilités, de devoir prescrire, parler aux familles…

image (11)

South : Envisagez-vous de publier d’autres albums ?

Védécé : C’est prévu ! J’ai signé il y a quelques jours le contrat pour mon deuxième album chez mon éditeur S-editions.

Devant le succès qu’a rencontré le premier tome, mon éditeur m’a proposé au bout de deux mois de sortir un 2ème tome ! 🙂

Je suis en train de finir le scénario, ça avance plutôt bien… Je commencerai à dessiner d’ici quelques semaines…

En attendant, pas de spoiler !

 

South : Question bonus « Dessine-moi un raton » (La mascotte de notre site étant un raton laveur, nous proposons désormais aux auteurs volontaires de dessiner cet animal dans leur style graphique. Il peut s’agir de l’animal au sens strict, un personnage déguisé, une version humanoïde, etc… L’objectif étant par la suite de réaliser une galerie virtuelle qui regroupera toutes les contributions d’auteurs et de bloggueurs dessinateurs autour d’une même thématique.)

ratonvdc

 

South : Merci d’avoir participé à cette interview Védécé et bonne continuation !

Védécé : Merci à vous, ça a été un plaisir !

N’oubliez pas que vous pouvez trouver l’album de Védécé dans toutes les bonnes librairies, sur le site de l’éditeur mais aussi sur le site de la Fnac pour 14 euros environ. Vous pouvez également suivre Védécé sur Facebook et Twitter.

[Interview réalisée par South pour Ederweld.fr en mars 2014 – images d’illustration copyright Védécé]

Revenir à la page d’accueil des interviews