Interview de Koyolite Tseila du Galion des Etoiles

Après une pause de deux ans, nous voilà repartis pour de nouvelles interviews de partenaires. Cette fois-ci, nous nous intéresserons au Galion des Étoiles, site spécialisé dans la science-fiction et les mondes imaginaires. A cette occasion, j’ai le plaisir de recevoir sa webmaster et capitaine Koyolite Tseila. Vous pouvez retrouver ce site à cette adresse.

titre_5390785

South : Bonjour et bienvenue Koyolite Tseila. Tout d’abord, pourquoi avoir choisi de représenter ton site par un galion alors qu’il semble apparaître que ton sujet d’étude a davantage rapport au ciel qu’à la mer ?

Koyolite Tseila : Bonjour South, merci de ton accueil.

Pour répondre à ta question, il y a deux raisons pour lesquelles j’ai choisi de représenter mon site par un Galion.

La première est personnelle : aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été intéressée par la marine d’antan et passionnée par l’astronomie. Lorsque j’avais 8 ans, j’ai été touchée par la lecture d’un conte d’Alexandre N. Afanassiev qui s’appelle « Le Vaisseau volant », dont l’illustration principale représente un petit garçon à bord d’un bateau en bois qui vogue dans les airs. A la même époque, j’ai également découvert le fascinant Nautilus de Jules Verne, qui voyage sous les mers. Puis par la suite, l’Azuris, le majestueux galion d’Eolia (« San Ku Kai ») qui file parmi les étoiles. D’autres vaisseaux m’ont également séduite, comme le Queen Emeraldas ou l’Atlantis. Tous ces bâtiments présentent de près ou de loin des caractéristiques de la marine d’antan, mais en plus, ils voyagent parmi les étoiles. Cela a donc ouvert toutes grandes les portes de mon imagination pour qu’à mon tour, je rêve d’avoir un tel navire ! A défaut d’un vrai, j’en ai construit un qui est « virtuel » 🙂

Les principales machines volantes de 1748 à 1886 par Morieu -15 août 1886.

Les principales machines volantes de 1748 à 1886 par Morieu -15 août 1886.

La seconde raison est qu’il me semblait tout à fait évident d’associer la mer et le ciel. En effet, lorsque les tout premiers auteurs de SF se sont mis à imaginer des histoires se déroulant dans l’espace, ils se sont servis de récits d’aventures connus pour les transposer dans les étoiles. Ainsi, on trouve de nombreux points communs entre les récits maritimes et les récits spatiaux, les explorateurs de continents et ceux de planètes, les pirates des océans et ceux de l’espace, les galions des mers et les galions des étoiles… D’ailleurs, je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais en science-fiction, les catégories de vaisseaux sont souvent désignées par des types de bateaux : destroyers, cuirassés, paquebots, corvettes, frégates, etc.

Voilà donc pourquoi j’ai choisi de baptiser mon site « Le Galion des Étoiles ».

South : Si je ne me trompe pas, un galion était avant tout un navire commercial or ton site ne vogue-t-il pas justement à l’opposé de toute commercialisation de ses données ?

Koyolite Tseila : Nos cales sont pleines de trésors, mais nous n’avons effectivement rien à vendre ! 

South : Par ailleurs, après seulement quelques minutes passées à arpenter ta cale, on se rend très vite compte de l’anthologie que représente ton site en matière d’accumulation de savoirs en tous genres. A ce titre, on comprend aisément que « mettre à l’eau » un tel navire a dû nécessiter des années de travail quotidien. Peux-tu, je te prie, revenir sur la genèse du site et la manière dont il a pu évoluer au fil des ans ?

Koyolite Tseila : En 2005, j’ai ouvert un groupe de discussion chez Yahoo, que j’ai appelé « Porte des Étoiles ». Au départ, il était principalement consacré à la série « Stargate SG1 ». De fil en aiguille, les sujets de discussions se sont élargis, pour englober la science-fiction de manière générale. Les membres du groupe ont commencé à présenter des œuvres de SF, puis à en donner leur avis de manière détaillée. Ces précieuses chroniques ont été enregistrées sous forme de fichier Word dans la base de données du groupe. Mais après quelques années, nous avons commencé à manquer de place. De plus, je trouvais que ces articles n’étaient pas assez mis en valeur. C’est ainsi qu’en 2009, j’ai décidé de créer un site internet où j’ai transféré, une à une, chacune de nos présentations. « Le Galion des Étoiles » a alors pris son envol tandis que la « Porte des Etoiles » se refermait.

 

1289817_568794959835863_1423099860_n

Ancien forum « La porte des étoiles »



South : Je souhaiterais également revenir plus en détail sur le sujet même de ton site. Car, s’il semble facile de définir ce qu’est la science-fiction, il en va tout autrement des « mondes imaginaires ». Notion qui, en outre est excessivement vaste littéralement parlant. De ce fait, où places-tu la limite entre ce qui relève de ton champ de compétences et ce qui n’en relève pas ? Faut-il voir dans l’expression « mondes imaginaires » tout ce qui relève du monde artistique, ou en avoir plutôt une vision restrictive en concevant davantage un « monde » peuplé de créatures fantastiques ?

Koyolite Tseila : La science-fiction est un domaine très vaste qui regroupe énormément de thèmes différents (mondes parallèles, uchronie, voyages dans le temps, hard SF, space opera, space fantasy, cyberpunk, aventures spatiales, planet opera, etc.). De ce fait, je pense qu’il est difficile d’en donner une définition exacte. A ce propos, j’aime à citer une phrase de l’auteur José Philip Farmer (en 1977) : « La science-fiction fait partie de cette catégorie de choses très nombreuses qui n’existent pas, mais qui ont tout de même un nom. » D’accord, ce n’est pas très précis, mais je trouve que ça résume assez bien la chose ! 🙂

Source : NASA-galaxie, NGC1232

Source : NASA-galaxie, NGC1232

Les mondes imaginaires sont un thème qui touchent à notre imaginaire, une opportunité de modifier, créer ou façonner différemment le monde qui nous entoure. Peut-être pour mieux le comprendre ? C’est aussi une occasion de fuir le quotidien, de s’évader, juste par plaisir ou parfois même, par nécessité pour « oublier » la réalité. Ces mondes imaginaires possèdent bien sûr leurs lots de créatures fantastiques, de faune et de flore exotiques. Souvent ces mondes tirent leurs origines de rêves scientifiques car on y accède par exemple par le biais de voyages temporels, de déplacements supraluminiques, d’univers parallèles…

De ce fait, je pense que la science-fiction et les mondes imaginaires sont étroitement liés. On trouvera donc sur le site des sujets qui touchent à ces deux univers et à leur thématique.

South : Une chose m’interpelle en regardant le menu horizontal de ta page d’accueil. On peut en effet y voir trois étoiles mettant en avant trois séries ou films : « Doctor Who », « Star Wars » et « Babylon5 ». Pourquoi une telle mise en avant de ces trois œuvres ? S’agit-il finalement de tes sujets principaux ?

Koyolite Tseila : Ce sont des œuvres qui nous tiennent très à cœur, pour lesquelles nous avons décidé de créer des dossiers spéciaux, afin d’y regrouper nos nombreuses fiches développant le sujet présenté.

Thierry est le spécialiste « Doctor Who ». Sa cale sur cette série TV – la plus longue de tous les temps ! – est impressionnante : on y trouve des fiches très originales sur ce cher Docteur, les synopsis complets des épisodes actuels de la série, des présentations de personnages, d’acteurs, de lieux, mais aussi des anecdotes, etc. Thierry étant né quelques années avant nous, il a eu la chance de suivre les aventures du « Seigneur du Temps » depuis ses débuts. Comme on trouve relativement peu d’articles en français sur le Net à ce sujet, cette cale est donc une mine d’or d’informations.

Le galion présente de nombreuses informations sur la série TV "Doctor Who".

Le galion présente de nombreuses informations sur la série TV « Doctor Who ».

Moi je m’occupe d’alimenter les deux autres dossiers. « Babylon5 » est ma série de SF préférée et je souhaite partager ma passion pour celle-ci avec nos visiteurs, pour que la flamme ne s’éteigne jamais. Quant à « Star Wars », c’est un univers foisonnant d’exotisme et de technologies, une référence en matière de SF, que j’apprécie énormément. C’est pourquoi j’ai choisi de mettre en avant ce sujet, tout en présentant également des anecdotes bien croustillantes et l’univers étendu de la saga.

South : Pour barrer dans les domaines qui sont ceux du site, cela nécessite nécessairement l’existence d’un équipage expérimenté. Comment le tien est-il constitué, y a-t-il des spécialistes affectés à certains sujets et n’importe qui peut-il contribuer à compléter le galion grâce à ses talents ? 

Koyolite Tseila : « Le Galion des Étoiles » ne serait bien sûr pas ce qu’il est sans la précieuse aide de Maestro et de Thierry, qui me suivent et m’épaulent depuis 2005 ! Le noyau du Galion est donc constitué de trois personnes, qui en fonction de leur temps libre et de leurs capacités, assurent le bon fonctionnement du navire.

Maestro, capitaine en second et naturaliste de bord, a réalisé le design du site. Il s’occupe de tenir la barre lorsque je dois m’absenter. Sa spécialité, c’est la littérature SF et hard SF. En tant que scientifique, ses explications dans le forum nous sont utiles à la compréhension de certains articles d’astronomie ou de science.

"Timbre commémoratif montrant Edward White faisant la première sortie extravéhiculaire d'un américain, par le dessinateur Paul Calle"

« Timbre commémoratif montrant Edward White faisant la première sortie extravéhiculaire d’un américain, par le dessinateur Paul Calle »

Thierry, notre docteur de bord, est le spécialiste « Doctor Who ». En dehors de ce sujet, il présente des films et des séries TV, nous fait découvrir des trésors cachés ou des merveilles oubliées de la SF, et anime le forum.

Moi-même, capitaine et webmaster, je m’occupe de l’arborescence du site, ainsi que de la relecture et mise en page de chaque fiche proposée/rédigée. Ma spécialité, c’est la littérature SF. Je m’occupe aussi de compléter les dossiers « Star Wars » et « Babylon5 ». Je présente également plusieurs fois par semaine des nouveautés dans le monde de la SF, et alimente notre galerie photos. J’anime la page Facebook du Galion.

Notre petite équipe de rédaction s’est agrandie depuis peu, avec l’arrivée de trois nouveaux chroniqueurs pour nous aider à compléter nos cales de littérature SF et Fantasy. Ces membres présentent tous un point commun : ils sont eux-mêmes auteurs de SF ! Il s’agit de Jacques Bellezit (qui propose aussi des articles sur des jeux vidéo), Bernard Viallet et Fred Vasseur.

Babylon5

« Babylon5 » est l’une des séries à l’honneur sur le site de notre partenaire.

Les cales du Galion étant ouvertes à tous, nous avons également la chance d’avoir des contributeurs qui nous proposent occasionnellement des fiches qu’ils ont rédigées.

South : Après avoir vu et étudié tant d’univers lointains et fantastiques et, en admettant qu’il soit possible d’y faire un tour, lequel choisirais-tu et pourquoi ?

Koyolite Tseila : C’est vrai que j’ai beaucoup voyagé ! (rires) Pourtant… je serais bien incapable de te dire, parmi tous ces mondes imaginaires, lequel je choisirais. S’il était possible de voyager dans le temps, je serais intéressée à visiter notre bonne vieille Terre alors qu’elle était encore vierge de toute trace de civilisation. De même, je donnerais cher pour assister (en accéléré évidemment !) à l’origine et l’évolution de l’univers. Il me plairait également de parcourir l’univers, tout en contemplant cette infinie mer étoilée depuis la baie vitrée de mon vaisseau, sur fond de Vivaldi, un bon verre de vin rouge à la main 🙂

Un fanart du galion réalisé par Maestro à partir de briques de légo.

Un fanart du galion réalisé par Maestro à partir de briques de Lego.

South : J’ai toujours aimé la manière dont est issu ton pseudonyme, à la fois très à propos et très poétique. Accepterais-tu de faire partager à ceux qui nous liront cette belle histoire ?

Koyolite Tseila : Mon alias est sans rapport avec la SF. Il me vient de l’époque (2001 ?) où j’étais membre de la Mailing List « El Dorado » (groupe de discussion dédié aux « Mystérieuses Cités d’Or »). Il me fallait un surnom en rapport avec le sujet.

Dans l’épisode 17 (Le Grand Condor), il y a une scène qui m’a marquée. Le soleil descend entre des pics montagneux, quand soudain, un rayon du soleil couchant frappe la montagne d’en face, faisant apparaître un point brillant comme une étoile… C’est le jour où le chemin d’Inti (le soleil) croise celui de Koyolite (l’étoile brillante, représentée sous forme de pierre incrustée dans la statue de Pachamama), dévoilant ainsi l’entrée de la cité de Tseila où est caché le Grand Condor…

Donc « Koyolite Tseila », c’est en quelques sortes la rencontre entre une étoile et une cité 🙂

3910336-5887491

South : Depuis quelques temps, tu as également mis en place une application « Le Galion des Étoiles » pour iPhone et Android, de quoi s’agit-il exactement ?

Koyolite Tseila : Cette application gratuite permet de suivre notre actualité lorsque vous êtes en déplacement ou n’avez pas forcément accès à un PC.

L'application "Galion des étoiles" est disponible sur iphone et Androïd.

L’application « Galion des étoiles » est disponible sur iPhone et Androïd.


South : As-tu d’autres projets pour l’avenir du galion ?

Koyolite Tseila : Oui, j’ai des tas d’idées en tête ! Mais je ne les dévoilerai pas. Je les note au fur et à mesure et mets tout en œuvre pour les réaliser au gré de mes envies. Pour qu’un site survive dans la masse et se démarque, il faut lui donner le petit plus d’originalité qui fait qu’on a envie d’y retourner. C’est ce à quoi j’œuvre au quotidien.

South : Toi qui es experte en la matière, quelle série/film et/ou œuvre littéraire nous conseillerais-tu en cette fin d’été ?

Koyolite Tseila : C’est une question à laquelle je ne peux pas répondre comme ça, les goûts de chacun étant différents. Quand on me demande un conseil, j’essaye tout d’abord cibler les centres d’intérêts de la personne, de déterminer ce qu’elle recherche, avant de lui faire des propositions d’oeuvres. Pour faire dans la caricature, je dirais qu’avec un livre d’Arthur C. Clarke vous faites assurément un bon choix et qu’au contraire, avec un film d’Emmerich, vous avez des chances d’être déçu ! 🙂

5506563-8214187

South : Un grand merci à toi de t’être prêtée au jeu de cette interview. Que le vent souffle dans tes voiles et te porte le plus loin possible. A bientôt Koyolite Tseila, à toi le privilège de refermer cette interview 😉

Koyolite Tseila : Merci à toi d’avoir pris le temps de réaliser cette interview. Et longue vie à Ederweld ! 🙂


South : N’hésitez donc pas à aller fouiller les cales du galion à la recherche d’infos sur « Doctor Who », « Stargate » mais également les mondes imaginaires 🙂

 

3335742-7162619 (1)

[cliquez sur l’image pour rejoindre le site de Koyolite et son équipage]

[Interview réalisée par South pour Ederweld.fr le 8 septembre 2013 – images d’illustration issues du site du galion des étoiles]

Revenir à la page d’accueil des interviews

South