« Sammy » : du commencement à la fin

Nous sommes en 1970, deux auteurs chevronnés de la bande dessinée, Arthur Berckman et Raoul Cauvin, cherchent une idée de série. Leur choix se porte alors sur l’époque de la prohibition aux États-Unis. Ils imaginent alors une agence de gorilles, c’est-à-dire de gardes du corps. Les premiers récits sont courts (vingt-deux pages chacun). Il y en aura quatre au total.

A partir du second album, Rhum Row, le personnel de l’agence disparaît mais on les verra quitter définitivement les lieux dans Le gorille à huit pattes pour laisser place aux deux personnages principaux : Jack Attaway et Sammy Day.

sammy-tome-22---l-homme-qui-venait-de-l-au-dela-5207

Le style rond et fluide de Berck et le scénario de Cauvin font rapidement mouche. Petit à petit, notre duo quitte Chicago pour voyager dans le pays et hors frontières.

Sammy devient une série importante du Journal de Spirou comme Buck Danny, Les Tuniques bleues ou Yoko Tsuno. Berck réalise bon nombre de couvertures pour annoncer les aventures de ses héros… Il y aura de courts récits d’environ quatre pages pour le plaisir du lecteur, comme par exemple Ces drôles de dames.

Par la suite, le changement de dessinateur marque un coup important ; si les deux premiers albums sont excellents, les autres, à l’exception des tomes 36 et 37, laissent peu à peu à désirer.

sammy-tome-32---la-ba-des-gorilles-5185

Cauvin réutilise des gags du tome 33, on croise systématiquement Capone (sauf dans le tome 38) et Ness (hors tome 35), des personnages qui n’auraient pu servir que pour une aventure sont remis sur le devant de la scène. Il y a de quoi vous lasser de par la redondance que prend la série.

C’est en 2008 que notre duo participe à leur dernière aventure du nom de Boy. Jean-Pol et Cauvin auront travaillé sur cet ultime album durant trois ans Le scénario est correct mais ne colle pas à une fin de série : il n’est pas assez prenant.

On peut regretter que Cauvin n’aie jamais raconté la création de l’agence et sa dissolution pour bien nous prouver que c’est la fin, qu’il n’y aura plus d’albums. Les amateurs de la série se sentiront sans doute tristes et soulagés à la fois de voir l’achèvement de Sammy.

Néanmoins, rares sont les bandes dessinées qui ont duré aussi longtemps et avec un nombre d’albums aussi élevé (40 au total).


Retour à la fiche de Sammy