CRITIQUE : « VIE DE CARABIN » (TOME 2) DE VEDECE

146

Références :

Il s’agit du tome 2 de la série Vie de Carabin. Intitulé Confidences d’un apprenti médecin, ce deuxième tome est scénarisé, dessiné et mis en couleur par Védécé. L’album est paru le 13 novembre 2015 chez S-Editions, comporte 136 pages et peut se trouver à 15€ (prix éditeur).

Tous publics

12346665_1090637477616183_1307311202_n
 

Résumé : fort d’une page Facebook comptant désormais plus de 88 600 fans et d’un premier album couronné de succès, Védécé revient à présent avec une seconde BD pour nous partager sa vie d’interne en médecine. Manque de moyens des hôpitaux publics, horaires à rallonge, internes lâchés dans le grand bain sans réel soutien, conditions de travail difficiles, Védécé nous fait partager son expérience et sa passion avec un humour décapant.


Mon avis :

Qui dit humour en BD rime souvent avec tronçonnage de l’album planche par planche. Tel n’est pas le cas ici puisque contrairement aux gags de la page Facebook, l’album comporte quant à lui une histoire complète et inédite. On y découvre le quotidien de Védécé et de ses patients, au sein du service de médecine polyvalente.

12358316_1090637460949518_709437539_n

Ce deuxième tome se construit principalement sous forme d’un aller-retour entre le point de vue d’un patient, Monsieur Voisin, et celui du corps médical constitué notamment par Védécé et Max, les deux internes du service. Si ce mouvement d’aller-retour temporel désarçonne un peu au début, on s’y fait rapidement et cette structuration d’écriture devient très vite un panorama global qui contribue à enrichir chaque point de vue. On est d’ailleurs souvent tenté de revenir en arrière pour relire les pages relatives au point de vue « patient » lorsque l’on a eu l’occasion de découvrir celle du point de vue « médecin ». Cette seconde partie « en coulisses » offre en effet un nouvel angle de lecture – souvent comique – de la première (et de nos passages en hôpital de façon plus générale).

12336428_1090637454282852_410770668_n

Ceux d’entre vous qui ont déjà eu l’occasion d’être hospitalisés plusieurs jours à l’hôpital (c’est mon cas) risquent en effet de fortement se reconnaître dans les péripéties de monsieur Voisin. On s’identifie donc rapidement aux personnages et cela nous fait reconsidérer nos propres hospitalisations d’un point de vue humoristique. Il y a, à ce titre, plusieurs remarques que je m’étais déjà faites par le passé et qui s’avèrent beaucoup plus communes que je le croyais. C’est d’ailleurs rassurant de se dire que non, nos expériences d’hôpital « surprenantes » sont loin d’être uniques.

L’album ne manque pas de dénoncer, toujours avec humour, les dysfonctionnements et points d’étonnement quant à la vie quotidienne d’un hôpital public. Plus qu’un album de bande dessinée, Confidences d’un apprenti médecin, nous plonge de l’autre côté de la chambre d’hôpital et nous propose une promenade immersive dans un monde méconnu, à la limite du reportage d’infiltration. On y apprend ainsi beaucoup de choses sans que l’album en soit pour autant complexifié. Pas besoin d’avoir nécessairement de quelconques connaissances en médecine pour lire (et apprécier) Vie de Carabin. Au passage, vous ne saurez toujours pas soigner un patient après votre lecture si vous n’en étiez pas capable avant. L’objectif de la BD n’est aucunement de vous transmettre des connaissances médicales. La BD s’intéresse davantage au quotidien des médecins qu’à l’énoncé des diagnostics des patients.

On ne manquera pas de rire au fil des nombreuses pages que compte cette BD. Védécé, habitué du gag d’une planche, a su se renouveler humoristiquement parlant afin de continuer à nous surprendre sans nous lasser. Familier du format franco-belge classique, il n’hésite pas à laisser libre court à sa créativité afin d’abolir les frontières que l’on rencontre habituellement : davantage de planches, des pages de transition « blanches » avec une foule d’anecdotes, des blagues qui n’hésitent pas à mettre le lecteur à contribution, etc.

12335995_1090637484282849_1542517067_n

Côté graphique, le style de l’album est assurément plus abouti que celui de la page Facebook. On sent une plus grande assurance de l’auteur et chaque trait n’en est que plus net. On ne peut que tirer notre chapeau à Védécé quand on sait que certaines des planches de l’album ont été réalisées après des nuits de garde (vous comprendrez après avoir lu l’album). Védécé s’est également amusé à intégrer une foule de références dans son album. Le degré de relecture est donc important et il vous faudra sans doute une loupe pour toutes les trouver. Pour ma part, la recherche des références cachées constitue indéniablement un jeu auquel j’aime me livrer après la lecture d’une BD. Ici je suis servi. 🙂

Côté couleurs, l’album est principalement en noir et blanc mais ça n’est aucunement un défaut.  Les couleurs viennent ainsi souligner l’importance d’un personnage au sein du récit ou accompagnent la famille d’un patient lorsque celle-ci rentre dans la chambre du proche hospitalisé. Ici, les couleurs jouent donc le rôle d’un outil symbolique et viennent bouleverser la blancheur immaculée de l’hôpital.

12380380_1093191760694088_652805176_n

Bilan :

Confidences d’un apprenti médecin est donc un album que je vous conseille de lire à la fois pour le sujet abordé que pour la façon humoristique dont il est traité. S’il plaira incontestablement aux médecins et étudiants en médecine, il n’est point besoin d’avoir une quelconque notion médicale pour l’apprécier (c’est mon cas). A un moment de notre vie, nous sommes en effet tous plus ou moins amenés à passer par la case « hôpital public ». Découvrir l’envers du décor peut donc s’avérer intéressant. De plus, dans une époque où les médecins sont souvent – jalousement – présentés comme des « privilégiés du système », il n’est jamais superflu d’avoir une vision de la réalité vue de l’intérieur, bien loin des séries TV américaines que nous connaissons tous. Bref, un super moment de BD à lire de toute urgence et à prescrire à vos proches. (Il n’est pas nécessaire d’avoir lu le tome 1 pour comprendre le tome 2)

Bonus : point non négligeable, la BD sent super bon (ça c’est pour les amoureux des livres 😉 ).

Ah, et deux personnages Disney se sont cachés dans l’une des images d’illustration de cet article, je vous laisse les chercher, ça vous montrera ce que j’entends par « références cachées ».

Vous avez lu l’album ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-nous en commentaire.

South


Les images d’illustration de cet article sont © Védécé – S Editions

Vous pouvez retrouver notre interview de Védécé ici

Vous pouvez commander son tome 2 là et son premier tome ici

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. J’ai adoré la BD. Pleine d’humour mais aussi et surtout que l’humour est au service de la réflexion. Et c’est ce qui me plait chez VDC. Sauf que cette BD est bien bien plus travaillée que les dessins postés sur sa page facebook (que j’adore par ailleurs).

    La critique du système est omni-présente. Pourtant elle reste discrète. C’est l’occasion d’avoir un autre point de vue, de découvrir une autre facette de l’hôpital.

    La critique de la BD est tout a fait juste (moi aussi j’ai pas arrêté de faire des aller retour entre patient/médecin par exemple).

    Une immersion dans le quotidien hospitalier aussi ludique qu’informative et critique que je recommande vivement !

    Mais en tant que futur interne (enfin externe d’abord ne précipitons pas les choses), ça fait peur de voir les conditions de travail, les repos de gardes non respectés ici dénoncés. Et j’en passe.

    Je me suis jeté dessus dès sa sortie dans ma librairie et même si je ne l’ai lu qu’une seule fois je vais pas tarder à m’y replonger. Car comme dit l’auteur de l’article, la force de cette BD, c’est aussi le pluralisme des degrés et points de vue. Elle permet d’avoir une lecture plaisir puis une relecture plus détaillée.

    Bref j’adooooooreeeee !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *