Critique : « Châteaux Bordeaux » (tome 3)

9782723488693_1_75

Références :

Il s’agit du tome 3 de la série Châteaux Bordeaux, intitulé L’amateur et paru le 13 mars 2013 chez Glénat au prix public de 13€90. Il est scénarisé par Corbeyran, dessiné par Espé et colorisé par Dimitri Fogolin.

vin34

Résumé :

Rien ne va plus au Chêne Courbe après le sabotage de la dernière récolte. Les chances de succès d’Alexandra quant au redressement de l’exploitation semblent à présent fortement compromises, tendance que ne saurait inverser le départ des employés du domaine. Pire encore, les récentes ventes de fond de cave, qui devaient permettre de renflouer les caisses du Chêne Courbe, se révèlent impayées, la société acquéreuse étant en effet fictive. De son côté, Logan, un américain qui se prétend amateur de bordeaux, rôde autour du domaine et ses clichés ne semblent pas que destinés à la création d’un book sur les propriétés du Médoc vues du ciel.

 

Mon avis :

Ce troisième tome de Châteaux Bordeaux apporte une profondeur particulière à la série et met en scène des leviers scénaristiques dont la mise en place a débuté dès le tome 1. Après un premier tome destiné à placer le contexte familial conflictuel ainsi qu’un second consacré à la présentation des bases en matière de cépages, ce troisième tome se consacre à nouveau à l’environnement explosif du domaine. L’amateur revient sur les différents acteurs qui gravitent autour du Chêne Courbe et se détache davantage de l’enseignement vulgarisé du vin.

vin35

A ce stade de la lecture, plus l’avenir du domaine semble perdu et plus la lecture s’avère prenante.  Néanmoins, un point me chiffonne quant au dénouement des sous-intrigues : celles-ci font un peu l’effet d’un pétard mouillé lors de leur résolution. Les auteurs des différents stratagèmes malveillants qui visent à compromettre la mission d’Alexandra passent en effet à table une fois mis devant le fait accompli, voire même à leur propre initiative et ce sans qu’ils n’aient été préalablement découverts. On se retrouve donc avec la montée progressive d’un mystère, un interrogatoire bref et sans trop insister, l’accusé qui déballe tout. Espérons que ces révélations soient mensongères ou cachent de plus grands mystères encore. La lecture des tomes suivants nous le dira.

Question dessin et colorisation je me bornerai à vous renvoyer à mes critiques des tomes 1 et 2. J’ajouterai cependant qu’à l’instar des deux albums précédent, l’album présente de magnifiques cases muettes d’illustration et de transition.

vin4

Bilan :

Après lecture des trois premiers tomes de la série, ce dernier est sans hésitation mon préféré. L’étau se resserre plus que jamais autour d’Alexandra et le feuilleton-polar qui nous est offert par les auteurs n’en est que plus savoureux et plus noir encore. Après trois albums, on se sent un peu chez soi au Chêne Courbe et on espère fortement que celui-ci saura résister même sous le poids des attaques directes.

La préface de Denis Saverot, le directeur de la réaction de la revue du vin, nous incite à déguster l’album avec un Saint-Estèphe ou un Pomerol, décidément, vous risquez de finir complètement saoul à la fin de la série. 😉

Blague à part, sachez que des coffrets de Châteaux Lamblin ont été réalisés à l’effigie de Châteaux Bordeaux. Sans présager de la qualité du vin qui les compose (chacun sa spécialité après tout), je me bornerai à en évoquer l’existence. 🙂

Il existe plusieurs coffrets allant de 29€90 à 198€83, le prix augmentant avec le nombre de bouteilles. Si un goodie sympa vous tente et que vous aimez le vin, pourquoi ne pas vous laisser tenter ? Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à donner votre avis en commentaire si vous tentez l’expérience.

cb32

 

South


Les images d’illustration de cet article sont © Corbeyran – Espé – Dimitri Fogolin – Glénat

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *