Critique : « Châteaux Bordeaux » (tome 1)

9782723472814_1_75

Références :

Il s’agit du tome 1 de la série Châteaux Bordeaux, intitulé Le domaine et paru le 2 mars 2011 chez Glénat au prix public de 13€90. Il est scénarisé par Éric Corbeyran, dessiné par Espé et colorisé par Dimitri Fogolin.

châteauxbordeaux

Alexandra se retrouve dans les vignes du domaine familial après avoir quitté la région pendant 15 ans.

Résumé :

A la mort de leur père, Alexandra Baudricourt et ses deux demi-frères héritent de l’exploitation vinicole familiale. Nommé le Chêne Courbe, le domaine est idéalement situé au cœur du Médoc, entre l’océan Atlantique et l’estuaire de la Gironde, près de Bordeaux. Toutefois, malgré sa situation privilégiée, celui-ci croule aujourd’hui sous les dettes et ce depuis une quinzaine d’années. Alors que François et Charles sont bien décidés à vendre le domaine afin de percevoir ce qui peut encore l’être, leur demi-sœur Alexandra, fraîchement arrivée de New-York, entend quant à elle reprendre l’exploitation. Entre complots, embûches et espoir, la jeune femme va tout faire pour que le Chêne Courbe retrouve son éclat d’antan. Mais peut-on vraiment reprendre un vignoble en vue de produire des millésimes, lorsque l’on est totalement néophyte ?

 

 

 

Mon avis :

J’ai découvert cette série à l’occasion des 48h BD et ne suis pas déçu d’avoir acquis cet album. Il s’agit d’un polar très agréable dont l’action se déroule dans le milieu viticole. On suit ainsi Alexandra, véritable novice dans le domaine, et apprenons avec elle. A mi-chemin entre récit d’initiation et histoire de fiction, Châteaux Bordeaux n’est pas destiné qu’aux amateurs de vins, bien au contraire. L’album nous présente un milieu où s’entremêlent complots et trahisons ce qui n’est pas sans me rappeler Le sang de la vigne, autre polar BD se déroulant dans le monde du vin.

chateaubord

 

Côté dessin, le style graphique est pleinement réaliste ce qui colle bien avec l’histoire assez sombre qui nous est racontée. Outre une perspective un peu étrange dans l’une des premières pages de l’album, j’ai beaucoup aimé les décors et la rigueur avec laquelle ils ont été réalisés. Même remarque sur les personnages dont les expressions semblent parfois un peu figées en début d’album. Notez par ailleurs que cette tendance s’efface assez vite au fil des pages. Sans doute cela est-il lié à l’acclimatation du dessinateur avec son histoire, rien de très négatif en soi.

Niveau mise en couleur ça reste simple mais efficace. Les ambiances et les effets de lumières ne détonnent pas avec le style de l’histoire, l’ensemble est harmonieux et fluide. Gros point fort quant aux arbres et aux plans d’eau. En somme, la qualité graphique de l’album est pleinement fidèle à la couverture elle-même.

Chateaux-bordeaux-t1-image

Bilan :

Le Domaine, premier tome de Châteaux Bordeaux, est un agréable polar à déguster sur sa terrasse en plein été (avec éventuellement un verre de vin à la main). Si jamais l’envie vous prenait de vous laisser tenter par l’album, sachez néanmoins qu’il ne se suffit pas à lui-même. Ce premier volet des aventures d’Alexandra Baudricourt ne fait en effet office que d’introduction et appelle raisonnablement la lecture de la suite. Beaucoup de questions restent en effet en suspens une fois l’album refermé.

South


Les images d’illustration de cet article sont © Corbeyran – Espé – Dimitri Fogolin – Glénat

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *