Critique : « Blake et Mortimer » (Tome 24) d’Yves Sente et André Juillard

9782870972427_1_75_1

Références :

Il s’agit du tome 24 de la série Blake et Mortimer, intitulé Le testament de William S. et paru le 25 novembre 2016 chez Dargaud au prix public de 15€95. Il est scénarisé par Yves Sente, dessiné par André Juillard et colorisé par Madelaine De Mille.

blakeetm

Résumé : deux sociétés secrètes s’affrontent depuis des années sur l’existence du dramaturge William Shakespeare . Blake et Mortimer apprennent l’existence d’un document qui pourrait être une pièce inédite et ainsi lever le doute sur l’auteur de ses pièces.

Mon avis : le premier album de Blake et Mortimer que j’ai lu est le Piège diabolique, et je suis resté assis après avoir lu l’album ! Bluffé par le dessin, scotché par le scénario !
Comment quelqu’un avait-il pu imaginer ce piège ?

Moi qui, depuis tout petit, rêvais de voyager dans le Temps, je suis resté épaté par le Chronoscaphe.
Avec cet album, ce fut le coup de foudre pour la Série Blake et Mortimer.

Dans un Blake et Mortimer, dès les premières planches, le lecteur est dans l’histoire et sait à quel thème il va avoir droit : historique, science-fiction, policier… Blake et Mortimer enquêtent, sauvent le Monde, se heurtent à Olrik avant de prendre le dessus. Le scénario est soutenu, il n’y a pas de superflu. L’histoire monte en intensité au fil des pages… et dans les dernières pages, le dénouement final.

Le scénariste/dessinateur Edgar P. JACOBS connaît ses personnages et leurs historiques.

En tant que passionné et lecteur de Blake et Mortimer, c’est toujours avec plaisir que je découvre une nouvelle aventure.

Dans le dernier album, le Testament de William S, il n’y a rien de tout cela. Blake et Mortimer ne sauvent plus le Monde, ils vont tranquillement au théâtre !

bm3

Il n’y a jamais la sensation d’aventure. Dès qu’ils peuvent, ils sont assis autour d’une table ou dans une voiture.

Le scénariste Yves SENTE a pris comme thème « Shakespeare », et il a écrit son histoire autour de cela. Le seul instant, où Blake et Mortimer courent, c’est parce qu’ils sont en retard pour la représentation théâtrale. Le scénariste fait une histoire chronométrée… Mortimer et sa fille font une course contre le Temps… de la ville natale de Shakespeare à Vérone, et retour juste dans le délai imparti.

Tout cela, pendant une « grève des aiguilleurs du ciel »… Alors que les sbires d’Olrik se déplacent sans problème, et dans la même voiture ? Pendant ce temps-là, Blake enquête sur une bande de « blousons noirs » en costard cravate ! Le colonel est dans une prison digne d’un QHS (ndlr : quartiers de haute sécurité), et il téléphone à ses complices quand bon lui semble.

Pourquoi le marquis lorsqu’il découvre le sarcophage de verre ne pense-t-il pas à essayer de briser une vitre latérale ?

L’histoire se lit, mais l’intensité de celle-ci ne monte pas dans les tours… C’est linéaire. Le thème ne faisant pas le scénario.

Le dessinateur, André JUILLARD, est un grand de la BD, il dessine son 7ème Blake et Mortimer.

Quand je prends un crayon, je n’arrive même pas à sa cheville. Il est dans mon panthéon des dessinateurs de BD. Mais, au bout de 7 albums, de dessins publicitaires ou pour des sérigraphies, il devrait maîtriser les personnages !

bm2

Ainsi, pourquoi Mortimer est-il si maigre ? Pourquoi Blake paraît-il si jeune ? Pourquoi fait-il comme Morris en dessinant deux cases identiques l’une à la suite de l’autre ?

Chronologiquement, Yves SENTE avait prévenu que l’histoire se déroulait après le Sanctuaire du Gondwana et avant S.O.S. météores

Les auteurs de cet opus aiment mettre dans leur album des clins d’œil à d’autres histoires de Blake et Mortimer, comme pour se donner une légitimité. Dans cet album, c’est la fameuse Ford de S.O.S. météores.

A la planche 31, le professeur Mortimer regarde attentivement cette voiture qui a une plaque d’immatriculation Française ; cela interpelle… Donc quelques mois plus tard, au début de S.O.S. météores, dans l’accident à Paris, il devrait forcément reconnaître la voiture et savoir que c’est celle de Sharkey et Freddy.

Nous pourrions aussi penser que l’histoire du Testament de William S. soit historiquement après S.O.S. météores mais là, même question : le professeur Mortimer connaît la voiture et donc connaît les méchants. C’est très maladroit.

A la fin de l’histoire, Blake et Mortimer discutent autour d’une tasse de thé, pendant qu’Olrik et sa bande sont en prison.

Mais comment Olrik fait-il pour, en quelques mois construire son réseau afin de détraquer le Climat ?

Freric


Les images d’illustration de cet article sont © Sente – Juillard – Dargaud

Freric

Freric

Fondateur et administrateur du Centaur Club, forum officiel de Blake et Mortimer
Freric

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *