Ce qu’il faut retenir de la conférence work-in-progress du film Zombillénium à la fête de la BD (Spoilers !)

Bruxelles accueillait ce week-end la septième édition de la fête de la BD. Cet événement était l’occasion de nombreuses séances de dédicaces, rencontres, conférences et animations autour de la bande dessinée franco belge. Près de 100.000 personnes étaient ainsi attendues du 2 au 4 septembre dans le parc de Bruxelles, autant dire qu’il s’agissait d’un événement d’ampleur.

La tant attendue conférence work-in-progress concernant le film Zombillénium était à ce titre, l’un des moments clefs à ne pas rater.  Bilan avec spoilers des grandes informations à retenir.

Un écran, un micro, une estrade et voilà Arhur de Pins qui prend la parole. Le célèbre auteur de bande dessinée a tout d’abord tenu à revenir sur la conception même du film et ses réflexions internes.

Le film Zombillénium sera un préquel de la bande dessinée éponyme

Adapter une bande dessinée sur grand écran suppose en effet des ajustements, des partis pris, des sacrifices mais surtout beaucoup de patience et de travail. L’auteur a donc justifié sa démarche et expliqué l’intérêt de faire un préquel à la trilogie, plutôt que de simplement adapter le premier tome de Zombillénium, comme cela était initialement prévu.

La lente évolution des personnages d’album en album ne correspondait effectivement pas à celle d’un film, lequel format impose une temporalité différente et plus compacte. Initialement prévu pour une durée de 90 min, la production a finalement imposé aux équipes un format de 74 min. Par conséquent, il était donc d’autant plus important d’aller à l’essentiel.

Steven, Hector, Lucie, de nouveaux personnages à l’honneur

Qui dit préquel dit fatalement nouveaux personnages. Dans le film à venir, trois nous ont notamment été présentés par Arthur de Pins.

Steven : Vampire fourbe et séducteur, il cherche avant tout à transformer Zombillénium en Vampirama. Pour lui les zombies sont moches et dépassés et c’est pourquoi il souhaite les voir licenciés.

steven

Capture d’écran du live de la conférence

Délibérément inspiré du personnage d’Edouard dans la saga Twilight, il s’agira du grand méchant du film, tout un programme.

hector2Hector : Contrôleur des normes de profession, cet homme aspire initialement à la fermeture du parc d’attractions. Mais, transformé en monstre et bloqué à l’intérieur du parc, il lui faudra néanmoins apprendre à se trouver des alliés s’il veut pouvoir s’en échapper un jour.
 
 
 

Lucie : Elle est la fille d’Hector à l’extérieur du parc. Naïvement persuadée que son père est toujours vivant à l’intérieur de celui-ci et ce, malgré son enterrement, l’enfant n’aura de cesse de vouloir le rejoindre.  Elle est la raison qui motivera Hector à sortir du parc et dépasser sa condition de monstre. Le rôle de Lucie est de ce fait primordial dans l’intrigue, même si ses apparitions se feront malgré tout assez rares. Initialement destinée à être la fille d’Aurélien puis de Sirius, elle doit sa couleur de peau à ce dernier.

lucie

A gauche : capture d’écran du live de la conférence ; A droite : L’un des premiers visuels du film. Dans celui-ci, Lucie se trouvait dans les bras de Sirius, son père dans la première version du projet, et ses cheveux étaient légèrement différents.

Si sa parenté a finalement changé, l’équipe du film a néanmoins tenu à conserver le physique du personnage d’origine, question d’attachement.

Les personnages emblématiques du parc seront de la partie

A l’exception d’Aurélien, évincé pour des raisons pratiques, les spectateurs auront plaisir à retrouver les personnages phares de la bd : Francis, Anton, Sirius, Gretchen etc.

Concernant le personnage de Gretchen, il est à noter des changements physiques et psychologiques au cours du film. A ce titre, ce ne sont pas moins de trois modélisations différentes du personnage qui se succéderont tout au long des 74 min, ceci pour accompagner la maturité de la jeune sorcière.  Les puristes ne manqueront pas de remarquer l’apparition de tatouages sur les bras de Gretchen, dessins non présents dans la BD. Cette légère digression quant à l’œuvre originale s’explique en réalité grâce aux facilités techniques. Il est en effet plus facile de donner un rendu 3D à un tatouage sur un personnage en 3D que dans une bande dessinée. Arthur de Pins a donc mis à profit les nouveaux outils mis à sa disposition pour faire réaliser le personnage tel qu’il le concevait lui-même.

Un parc légèrement différent de celui de la BD

Le parc, élément central de la BD, a lui aussi subi quelques ajustements afin de permettre son adaptation cinématographique. Contrairement à la BD, ses salariés y sont par exemple littéralement bloqués. Cela permet ainsi d’ancrer l’action au sein du parc tout en augmentant l’un des principaux enjeux d’Hector : s’en échapper !

parczombillenium

Capture d’écran du live de la conférence. On y découvre notamment le parc en plan de coupe à gauche

Le parc du film sera par ailleurs construit sur une ancienne mine dont les mineurs seront devenus des zombies. Dans la BD, il s’agissait d’un ancien cimetière.

***

Voilà pour les principaux éléments à retenir de cette conférence. Rappelons que Zombillénium est attendu dans les salles pour Halloween 2017.

South


Les images de cet article sont © Zombillénium – Arthur de Pins – Maybe movies

Nous nous excusons de la qualité des images de cet article. Merci de votre compréhension.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *